Mont Fuji, un peu de tourisme à Tokyo et Tsuchiura : partie 5

1 Commentaire
 15 Juin 2013   PUBLIÉ PAR Fabien

Dans cet article retrouvez la suite de nos aventures au Japon, où l’on parle du Mont Fuji, d’un peu de tourisme à Tokyo et Tuschiura.

Fuji

Après notre journée passée au Mont Fuji on entame la descente vers la capitale. Un jeune couple nous embarque dans leur voiture et nous invite à voir le parc Shibazakura, un lieu totalement artificiel. Non loin du mont Fuji on peut trouver ce parc, anciennement une forêt qui a été entièrement déboisé, où a été créé des champs de fleurs et creusé un lac de manière à voir en arrière-plan le mont Fuji. Il a été fait d’un lieu totalement banal, lieu touristique extrêmement cher. Pour vous raconter le parking est à 500 yen (4.50€), partout on y vend de la nourriture, la brochette de saucisse est à 500 yen aussi, glaces, sandwich tout est hors de prix, et l’entrée du site est de 500 yen par personne. Très généreusement le couple nous offre l’entrée du parc avec eux, ce qui au total leur fait pour 2h de trajet 2500 yen rien que pour le site. On est atterré, et le Japon est comme ça partout, le moindre lieu un peu joli est exploité telle une vache à lait, par exemple le pont connu à Iwakuni (lire notre article sur Iwakuni) pour le traverser à pied il faut débourser 500 yen par personne juste pour y faire un tour et prendre des photos. Le parc est joli et coloré, on ne peut pas le nier, mais il reste trop clinique et vraiment dommage, un lieu naturel transformé rien que pour engranger des sous et amener du monde, on y rentre on ne prend 3 ou 4 photos on reste 15 min et on repart, même le couple qui nous a amené ici s’excusera devant la médiocrité du site. Nos guides nous amène après ça à Fuji la ville au bord de la mer et nous leur disons au revoir.

Le parc shibazakura à FujiTourisme à Tokyo

Après notre nuit à la ville Fuji le lendemain nous arriveront à Tokyo en 3 voitures. Nous arrivons vers 18h et après avoir donné notre destination on arrive sans encombre et sans embouteillages au quartier Akihabara : le quartier de l’électronique et des mangas. Il est donc tout à fait possible d’aller en plein centre de Tokyo en autostop.

Akihabara

Tous ce qui nous connaissent le savent, nous sommes passionnés par ce monde-là nous attendions donc ce quartier depuis notre arrivé au Japon et nous n’avons pas été déçu, c’est le moins qu’on puisse dire ! Akihabara fut pour nous une véritable claque, tous les produits que nous galérons à trouver en France était ici vendu par rayons entiers. Les livres si durs à trouver chez nos revendeurs français sont exposés par dizaines à des prix incomparables. Mais Akihabara ce n’est pas qu’un temple de la consommation pour 633X (geek), c’est aussi la démonstration de tout un style vie. Un style de vie ou la place qu’occupent les Mangas et les jeux vidéo est très importante. Il est courant de voir un homme en costume sortir du travail et aller passer une heure ou deux devant une borne d’arcade avant de rentrer chez lui, c’est tout à fait normal ici. Il faut savoir aussi que ces activités n’ont pas la même image qu’en France, les japonais savent que le jeux vidéo fait partie de la culture au même titre que le cinéma et n’est pas un simple passe-temps pour ados en mal social. On retrouve bien sûr ça dans tout le Japon mais ici on est vraiment au cœur de cette culture.

Le quartier Akihabara de Tokyo

Akihabara est aussi connu pour ses cafés de Maid, on retrouve les Maid, japonaise en tenue de soubrette, faire la pub de leurs cafés dans la rue en tenue. Très connu et ayant principalement une population d’otaku. Le service est le même qu’un café normal, sauf qu’on peut y rajouter diverses interactions avec les Maids, tel que des photos, ou divers jeux et animations.

Shibuya, mais encore Harajuku, mais encore plus Takeshita

Après quelques jours passés à Akihabara nous sommes allés à Shinjuku et Shibuya. Ces deux quartiers sont assez similaires, généralement quand on a des images des rues de Tokyo elles viennent de ces quartiers, comme ce croisement à Shibuya.

Là où Shinjuku est plus un quartier d’affaires avec la gare dite « la plus fréquentée », on retrouve à Shibuya une population plus jeune. Shibuya est aussi connu pour son célèbre quartier Harajuku. Mais en particulier la rue Takeshita street, très connu pour ses magasins de mode sweet ou gothic lolita (et autres dérivés de lolita). Takeshita street est un lieu vivant et rempli de look en tous genres et il n’est pas rare qu’une mode démarre de ce côté de la planète avant d’envahir nos contrées. Une occasion pour nous de croiser tous ce qui se fait de plus extravagant en matière de style vestimentaire.
La mode à Tokyo
Juste à côté de la gare on peut trouver le pont où s’expose le plus souvent pour quelques photos le dimanche matin cosplayers ou personne au look recherché. À deux reprises nous essaieront d’apercevoir ses jeunes nippons au look rebelle sans apercevoir aucune fanfreluche. Il n’est pas rare aussi de voir des groupes de visual Kei s’adonner à des représentations à ciel ouvert, mais une fois de plus nous n’en verrons aucun.

Et non loin aussi il y a la rue Omotesando, aussi appelé « les champs ELysées » de Tokyo. C’est une très grande rue où on y trouve pleins de magasins de luxe.

Les tours de Tokyo

Après avoir déambulé dans les quartiers cités plus haut, on décide de commencer notre sortie de la ville tout en allant faire un tour aux tours de Tokyo. Charlène veut voir celle de Tokyo, elle n’en démord pas et Fabien veut absolument voir la SkyTree. Ainsi on commence par la tour de Tokyo. Bâtie sur le modèle de la tour Eiffel, il n’en reste pas moins qu’elle est plus haute que sa cousine française de quelques mètres. De couleurs blanches et rouges, elle reste l’une des tours les plus connus au monde, figure marquante de Tokyo. Elle est utilisée aussi comme émetteurs de radios et de télévision, bien que ses fonctions soient prochainement déplacées sur la SkyTree bien plus haute.

La tour de Tokyo
Accéder aux sommets est bien sûr payant mais on a accès aux quatre premiers étages de la tour Tokyo, nous en profitons pour y monter et prendre quelques photos. On y rencontre un groupe de cosplay qui se laissera prendre en photo, comme quoi il n’était pas utile d’attendre à Takeshita.

Des cosplayers à Tokyo
La SkyTree est bien plus impressionnante avec ses 634m de haut, soit le double de la tour de Tokyo. Elle s’est automatiquement placé la deuxième tour la plus haute au monde. Une petite anecdote sur la tour : dès un tremblement de terre, la plupart des japonais ne peuvent s’empêcher de jeter un œil sur la tour pour voir si elle est encore debout, et on peut dire qu’elle encore debout et très haute, une sacrée prouesse technique. Les hauteurs de la tour sont comme de coutume payantes, mais dans ses étages les plus bas non payants on y retrouve plusieurs boutiques, des restaurants et autres services, nous en profiterons pour nous reposer un peu après quelques heures de marche pour y venir.

La SkyTreeLa SkyTree deuxième tour plus haute au monde Adieu Tokyo, nous revoilà sur la route vers le nord… enfin presque

Après avoir vu les deux tours remarquable de la ville, nous prenons la route vers le nord pour faire du stop. Après quelques kilomètres de marche pour trouver un spot de stop convenable mais toujours en ville on lève notre pouce et on dit au revoir à cette mégalopole. Un vieux couple s’arrête et nous prennent avec eux même si ils ne vont guère loin. Mais cela nous va bien, il faut bien faire des petits trajets pour sortir de la ville. Comme avec quasiment tous nos chauffeurs nous racontons notre histoire, en nous séparant le couple insiste fortement pour nous offrir à manger, ils nous demandent ce que nous voulons mais nous ne savons jamais réellement quoi répondre. On ne va quand même pas dire « Je veux ça ! », du coup nous essayons de leur faire comprendre que nous ne voulons rien. Mais ils insistent et sans rien comprendre en mois de 2 minutes ils nous offrent 10 000 yen pour s’acheter à manger, ce qui est l’équivalent de 80 €. On est ébahi et on les remercie chaleureusement. C’est notre premier don d’argent, on pense qu’après leur avoir dit qu’on dormait dehors, ils ont du se sentir concerné et ont voulu nous aider. Ce qui est sûr c’est que nous utiliserons ce don comme il faut, sans folie, c’est pour nous le budget d’une semaine. Après ça comme nous sommes moins sous l’emprise de Tokyo les voitures s’enchainent. Jusqu’au soir, où on arrive à Tsuchiura.

Nous trouvons un lieu sympathique où dormir, c’est un bar souterrain abandonné, un peu sous les eaux et totalement ouvert. On y fait notre nid pour la nuit. Et la journée succède à la nuit et nous n’avons pas bougé, on préfère se remettre dans l’ambiance des petites villes tranquilles loin de la frénésie de Tokyo, la nuit arrive vite, il est trop tard pour reprendre la route, on cherche un grand supermarché entraperçu avant d’atteindre le centre de la ville. Puis le temps de faire quelques recherches et que Fabien bricole le site on passera finalement quelques jours dans la ville après avoir un coin où se brancher pour nos appareils.
Fabien en train de programmer

A propos de l'auteur

Fabien
Éditeur du site Voyage à 2, Fabien a commencé à voyager en février 2009 en Inde et ne s'est plus arrêté, Maroc, Finlande, Canada, USA, Italie, Ecosse. Aujourd'hui il voyage autour du monde en stop, bateau et train accompagné de sa moitié, Charlène. Ensemble ils partagent leurs expériences du voyage à 2 à travers récits et conseils. Suivez-moi sur mon profil Google+

LAISSER UN COMMENTAIRE

CommentLuv badge

Commentaires Facebook

1 Commentaire

Couch surfing
20 mai 2014 à 14 h 35 min


Merci pour l’article! Akihabara quel quartier, c’est top 🙂