Notre quotidien japonais, rencontres et anecdotes : partie 3

7 Commentaires
 04 Mai 2013   PUBLIÉ PAR Charlène

Dans cet article retrouvez le résumé de la troisième partie de notre quotidien japonais, de Gero Onsen, en passant par le festival de Takayama, jusqu’à nos rencontres à Osaka.

Jusqu’à Gero Onsen : notre stop quotidien japonais

Après une courte nuit nous reprenons notre route. Nous aurons les plus grandes difficultés à faire du stop. Nous sommes bien sur la bonne route, mais celle-ci est comme un grand périf, où roulent les voitures assez vite, sans aucun espace pour faire un arrêt. Nous marcherons plus de 13km, en tentant de temps en temps de lever notre pouce vainement. Nous marchons tellement que nous rejoignons la prochaine ville juste après Nagoya : Komaki. Et c’est là qu’avec chance un mini van nous attend après une énième tentative de stop. L’homme est au téléphone et nous fait signe de monter derrière. Entre deux coups de fil nous lui disons que nous sommes Français et allons à Takayama. Finalement il nous invitera à manger, car c’est soit disant « tanoshi » : amusant de manger à plusieurs que tout seul. On se quittera après l’avoir remercié chaleureusement. Puis n’étant que 19h30 nous tentons une fois encore le stop. On nous avait parlé d’un village dans la montagne avant Takayama : Gero. Il y aurait soit disant des sources chaudes gratuites, très curieux nous décidons de faire un arrêt à ce village juste avant Takayama, vu l’avancée considérable que nous avions effectué. Le soir-même il nous aura fallu deux voitures supplémentaires pour atteindre Gero Onsen, et non Gero. L’homme qui nous a amené, nous a carrément fait le tour du village en voiture en nous montrant tous les coins à visiter là-bas. Les sources d’eau chaudes pour les pieds, un bain en plein air à la vue de tous, le bowling, l’hôpital on ne sait pourquoi et la gare. Nous resterons deux nuits à Gero Onsen, à profiter des bains, du beau temps et du merveilleux paysage.

Gero Onsen au Japon Notre vie japonaise Gero Onsen au Japon

Puis dernière étape avant Takayama, on tente le stop on attend. Quelques minutes plus tard un camion s’arrête, et nous fait signe de venir. A sa suite une fourgonnette s’arrête aussi et un camion de plus s’arrête. C’était tout un convoi pour le festival de Takayama et le premier chauffeur nous dirige vers le dernier camion et d’y grimper. On discutera vaguement par téléphone avec le premier chauffeur sur nos objectifs et le lieu d’où on vient. Ils allaient au festival tenir des stands de nourriture. Une fois à Takayama nous leur dirons au revoir et partirons repérer les lieux. Le soir nous irons nous coucher assez tôt pour retourner au centre-ville le lendemain voir le festival : sanno matsuri.

Takayama : Sannon Matsuri festival du Japon

Takayama célèbre au moins deux festivals dans l’année, celui du printemps et celui de l’automne. Au Sud de la ville est situé le festival du printemps et au Nord celui de l’automne. Lors du festival en tout premier lieu, ils sortent les chars dispatchés un peu partout du même côté de la saison. Le Festival du Printemps dénombre 12 chars, tandis que l’automne en possède 11. Les déplacements du char se font très lentement dans les petites rues de Takayama, il y a d’un côté ceux qui poussent et ceux qui tirent, et dans une autre fonction deux personnes qui dirigent. Dans chaque char juché en haut il y a des enfants mais aussi des musiciens qui jouent le même air pendant le déplacement. Après quelques mètres, les chars seront exposés au touriste pour la journée et ne bougeront plus jusqu’au soir. La ville est très touristique, et deux rues sont bloqués par les stands de nourriture, on y croisera notamment ceux qui nous ont amenés à Takayama. On peut regarder de jeunes filles habillées en prêtresse danser sur une musique lente. Un petit spectacle de marionnettes sur trois des quatre premiers chars. Petite prouesse historique sur la coordination de marionnettes en bois manœuvrés dans le char et qui raconte une petite histoire dont on en comprend vaguement le sens.

Takayama festival Japon Sanno Matsuri au Japon

Le soir on illumine les chars de lanternes et ils défileront sur un petit parcours de la ville à la queue leu leu. Nous assisterons à la parade et iront nous coucher.

sanno matsuriOutre les festivals à Takayama, anecdote le tourisme dans la ville a explosé depuis la parution d’un anime dans le pays Nihon. On sent que la ville en est fière car on peut apercevoir de temps en temps des affiches du dis anime.

Anime sur TakayamaSur la route d’Osaka

Le lundi nous partirons vers Kyoto, mais en passant par le Nord vers Toyama. Nous ferons le trajet en deux étapes. D’abord un homme nous prendra pour 13km et nous laissera à une aire de repos et quelques minutes après une femme nous prendra pour nous amener à Toyama. Nous y passerons la nuit. Puis encore et toujours du stop. Cette fois-ci c’est un jeune homme qui viendra nous voir et nous amènera à sa voiture. Il fera un détour de 20km pour nous déposer à Komatsu tout en nous offrant une glace. Il écoutait un groupe français inconnu à nos oreilles.

Plus on voyage et plus on dénote au Japon une grande passion pour la France. On trouve régulièrement des pâtisseries qui portent le même nom, qui vendent des gâteaux, on peut trouver des baguettes qui ressemblent autant aux nôtres que chez nous leur sushi, des enseignes au nom Français. Certains grands magasins vendent aussi des fromages tels que le camembert ou le roquefort Papillon Noir s’il vous plait.

Enseigne à la française

Enseigne françaiseUne fois à Komatsu on se dit au revoir et on continue à lever le pouce. Et 30 à 40 minutes plus tard, après tant de voitures qui sont passé ce sont finalement des chinois qui s’arrêtent. Que d’ironie alors que nous avons tant de mal à faire du stop dans leurs pays. Ils nous déposeront à Tsuruga à la gare. On y passera la nuit. Le matin suivant nous n’avons pas le temps d’écrire notre panneau que deux hommes s’arrêtent. Ils nous amèneront à Kyoto tout en visitant au fur et à mesure.

takisima Nos conducteurs

Première vrai belle journée depuis le début de notre voyage, nous profitons des 27°C à Kyoto pour se mettre en t-shirt et visiter la ville. On ira dans la foule pleine de touristes vers un parc prendre quelques photos. Mais nous n’y restons pas longtemps. Voulant faire le festival alimentaire « Utage » à Osaka nous avons fait des demandes de couchsurfing à Osaka. Donc nous devons rejoindre la ville au plus vite.

Petit moment hors du temps au temple Nishi Hongwanji à Kyoto juste avant notre départ. C’est une école où on y enseigne le Nenbutsu. Nous avons assisté à une cérémonie avec des fidèles qui priaient. Toute l’enceinte du bâtiment a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un petit havre de paix en pleine jungle urbaine.

Kyoto au Japon Au Japon à Kyoto temple du japon

Petite excursion à Nara

Donc on commence le stop pour Osaka et très vite deux jeunes hommes nous prennent pour Osaka. Au fur et à mesure de la conversation et du récit de nos périples on discute et rit à tout va. C’était deux bouts en train de 23 ans eux aussi. Ils nous proposent de faire un détour pour visiter quelques trucs avant d’aller à Osaka. Notamment un magasin perdu au milieu de nulle part avec à foison des goodies de partout, puis des rayons immenses de mangas, des rayons de tout et n’importe quoi mais en très grand à chaque fois. Par exemple un lieu où on peut jouer aux cartes et juste derrière les rayons des dits cartes, des jeux sur consoles… Après le magasin, nous irons à Nara, où il y a un parc avec des faons en liberté. On paye une entrée pour la voiture, après maints et maints virages on arrive à un parking, on y laisse la voiture pour arriver à un petit chemin où quelques faons bravent leur courage pour s’approcher craintivement des quelques touristes en quête de friandises. Au bout du chemin nous avons droit à une vue magnifique de toute la vallée avec la ville de Nara en contrebas.

Parc Nara Faon du Parc Nara au Japon

Osaka et la générosité des gens

On retourne à la voiture et cette fois-ci en direction d’Osaka en centre-ville. On se dit tous adieu. Le soir même nous irons en banlieue pour retrouver Pohan, rencontré par couchsurfing. C’est un taiwanais étudiant au Japon. Il nous offrira gîte et couvert. Il cuisine admirablement bien. Nous y passerons deux nuits et Pohan se débrouillera avec ses connaissances pour nous faire tout un programme d’hébergement pendant une semaine. Juste après, Pohan nous enverra chez Yukiko vivant à 5km à Ishibashi. Nous y rencontrerons Jean-Pierre un français venu étudier l’architecture depuis 6 mois au Japon. Finalement nous dormirons dans son appartement et laisserons Yukiko seule. Nous passerons d’agréables moments avec Yukiko et surtout notre hôte Jean-Pierre, agréable interlude avec un camarade français qui l’instant de deux jours nous feront retourné en France (le nutella a une saveur de chez soi incomparable).

Nourriture du Japon

Toujours selon l’emploi du temps confectionné par Pohan nous irons cette fois-ci chez Haruka. Plus précisément dans sa famille. Ses parents nous feront un super accueil. Nous aurons droit à notre premier petit déjeuner Japonais, et si le temps nous l’avait permis on nous aurait prêté des vélos. Manque de chance on nous a plutôt prêté des parapluies. Nous avons visité les environs, le deuxième soir nous sommes allés avec le père et Haruka aux sento. Première immersion accompagné dans ses lieux. Pour information le sento est la même chose que les onsens, sauf que ce n’est pas de l’eau minérale de montagne.

Pluie au JaponAujourd’hui nous suivons encore le programme de Pohan, nous sommes de retour à Ishibashi, chez un autre ami qui nous invite chez lui. Nous allons assister au festival alimentaire d’Osaka et nous partirons visiter comme il convient Kyoto et de là-bas nous partirons vers la capitale Tokyo.

A propos de l'auteur

Charlène
Auteur du site voyage à 2 et passionnée de lecture Charlène n'en est pas moins une voyageuse. Elle commença à voyager avec son grand frère dans des pays tel que le Venezuela, la Jordanie, l'Égypte et d'autres... Avant de donner le virus à son compagnon : Fabien. Maintenant, elle effectue un tour du monde avec celui-ci et profite du site pour partager ses conseils et astuces sur le voyage à 2. Suivez-moi sur mon profil Google+

LAISSER UN COMMENTAIRE

CommentLuv badge

Commentaires Facebook

7 Commentaires

Papa
5 mai 2013 à 22 h 07 min


Bonne continuation pour votre périple et ensuite bon vent pour les prochains pays.

    Fabien
    6 mai 2013 à 14 h 15 min


    Les prochains pays ce n’est pas pour tout de suite, nous restons encore un mois et demi au Japon. Notre visas nous permet de rester jusqu’au 24 juin et on compte bien en profiter :).

NICOLE ET FRANCK
9 mai 2013 à 21 h 01 min


lLe Japon et ses sushi c’est bien! Mais une bonne cote de boeuf ,grillée dessus saignante à l’intérieur,allez Fabien avoue le que tu en a envie !!!!!
Bisous à vous deux et bonne continuation .
Mamie

    Fabien
    10 mai 2013 à 2 h 43 min


    Ah c’est sur que j’en ai envie mais je me suis découvert un vrai désir de manger leur sushis qui sont indescriptible. Ce qui est perturbant au début c’est le riz à tous les repas, matin compris, mais ça aussi on s’y fait avec le temps.

Leslie
12 mai 2013 à 11 h 17 min


Je sens un grand changement dans votre article. Il y a toujours de trés belles rencontres, comme Pohan qui me semble exceptionnel !! mais j’ai l’impression que vous faites plus de choses avec « les locaux », que vous rencontrez beaucoup plus de monde et que vous communiquez mieux avec eux.
J’ai beaucoup aimé cet article !!!!! les détails sur les festivals, les lieux que vous visitez …..
Des gros bisousss à vous deux !!!!!

    Fabien
    13 mai 2013 à 5 h 26 min


    C’est uniquement dû au fait que nous avons le temps maintenant, au début nous voulions arriver vite au Japon pour les cerisiers en fleurs. Nous avons donc pris pas mal de trains mais maintenant nous avons le temps, plus aucune contrainte de temps mis à part les visas. Nous pouvons donc voyager en stop et ainsi rencontrer beaucoup plus de gens. Au japon beaucoup parlent anglais également c’est donc bien plus simple pour nous d’échanger quelques idées, contrairement à la Chine par exemple.
    Il est vrai qu’aujourd’hui nous voyageons différemment que lors de notre départ mais nous voyageons comme nous le voulions avant de partir : en stop en prenant notre temps et sans rien prévoir. Tu le verra dans le prochain article que nous avons encore fait de belles rencontre par le stop 🙂

    Biz

Papa
19 mai 2013 à 11 h 57 min


Bon courage pour votre sortie de Tokyo, dans le nord vous verez sûrement les effets du tsunami . À bientôt de vous lire . Papa et maman qui vous aiment.