Rencontres, auto-stop et histoire sur la Corée du Sud : partie 5

0 Commentaire
 30 Sep 2013   PUBLIÉ PAR Charlène

Nous sommes enfin arrivé à Gyeongju, la chaleur est insupportable, nous passons nos après-midi à l’ombre sous les arbres en attendant des températures plus abordables et nous voulons continuer notre route vers le Nord tout en suivant la côte Est du pays.

Un petit peu d’histoire sur la Corée du Sud

À Gyeongju nous n’avons malheureusement pas pu voir les sites UNESCO tel que la grotte de Seokguram et le temple Bulguksa car ils étaient payants et donc hors budget. On continue notre route sur la côte Est du pays. Après s’être posé pour attendre qu’il fasse moins chaud nous continuons le stop vers Pohang on lève le pouce et on y va. C’est comme ça que nous rencontrons Lee Sang Yeol, il nous amènera au point le plus à l’Est du pays, une pointe juste à l’Est de Pohang, on visitera aussi très vite un musée sur les phares.

Phare en Corée du Sud

Et après la visite il nous invitera à manger au restaurant. On discutera beaucoup avec lui sur l’histoire du pays en général. Il commencera par me demander ce que je pense des coréens en ville et à la campagne. On lui explique que selon nous ils sont très différents. Beaucoup plus ouvert en campagne et dans les petites villes, bien plus souriant. Malgré le fait qu’on se comprend moins car moins de gens parlent anglais on arrive quand même à rire, à échanger quelques idées et à expliquer notre voyage. Mais que finalement c’est un constat que l’on peut faire dans beaucoup de pays, entre leurs villes et leurs campagnes. On lui dit aussi qu’on a remarqué une sacrée différence de comportement des coréens envers les étrangers et envers d’autres coréens. Envers les étrangers ils sont très serviables et toujours inquiet pour nous, alors qu’ils ne s’inquiètent pas vraiment du sort de leurs compatriotes si ce n’est pas un ami ou la famille. Yeol acquiesce nos remarques.

Il explique qu’il y a longtemps chaque coréen se devait d’être toujours serviable envers quiconque. Mais avec le temps le business coréen est devenu très dur et aujourd’hui la société impose d’avoir beaucoup d’argent pour être bien vu. Donc chaque coréen est en concurrence avec les autres, ce qui a pour conséquence de crée des réserves entre chaque citoyens. Mais qu’en revanche avec les étrangers ils ont conservé leur gentillesse.

Pour les différences entre la ville et la campagne il explique que ça va encore bien plus loin que ça. Il ne sait pas pourquoi mais les coréens sont très facilement influençable et que c’est ce qui a marqué, en partie, l’histoire du pays. Il raconte que la Corée a été très marquée par l’arrivé du bouddhisme et qu’une majorité de la population est devenue bouddhiste.

Puis ensuite vint le néoconfucianisme qui a grandement influencé la Corée et le Japon et qui est encore très visible surtout en Corée. Le néoconfucianisme est un courant philosophique, qui a pour origine le confucianisme mais avec des inspirations bouddhiste et taoïste. Il nous faudrait des articles entiers pour en parler réellement, on n’ira donc pas plus loin mais sachez que ces modes de pensées construis sur deux millénaires sont encore très très influents aujourd’hui en Chine, en Corée, au Japon et au Viêt-Nam.

Puis en Corée arriva le christianisme jusqu’à aujourd’hui avec notre culture de consommation occidentale. Aujourd’hui 30% de la population est chrétienne.
Et donc après ces 3 grandes périodes et sans oublier tous les faits historiques avec le Japon et ce qui est devenue la Corée du Sud et la Corée du Nord, Yeol, nous dit qu’il ne sait pas ce que veut dire « être coréen » et qu’il ne connait pas la culture coréenne malgré qu’il y soit né. Il me dit aussi qu’il envi le Japon d’aujourd’hui, car eux, ils ont su converser leurs traditions séculaires voire millénaires. Et que la culture japonaise sait se distinguer du reste de l’Asie.

Le repas fini on montera en voiture pour qu’il puisse nous déposer sur une plage et qu’on puisse y dormir. On le remerciera encore et nous resterons sur la plage pour y passer une nuit sur les galets. Enfin avant on y trempera les pieds après cette chaude journée.

Fabien sur la plage

Et c’est reparti pour du stop !

Certes il nous aura déposé sur une plage mais nous sommes complètement excentré des routes, le lendemain matin nous marcherons quelques heures pour retrouver une route, en plus nous noterons une fois de plus que le pays n’est pas plat, c’est une succession de grimpette et de descente mais de magnifique paysages au milieu des montagnes côtières.

petit port

Dès que l’on peut on tente le stop, c’est une famille qui nous sortira de la mouise, nous ne serons pas moins de 7 dans la voiture, petite performance. Arrivé à Pohang, on nous laisse à une station de bus, il commence à faire très chaud et pas un seul endroit à l’ombre à l‘horizon. Notre prochaine voiture ce sont une mère et son fils très exubérant qui nous mènent à Heunghae. Bien qu’il ne parle pas anglais on essaye de se faire comprendre tant bien que mal, ils sont très excités d’avoir 2 globetrotteurs français dans leur voiture et leur joie est communicative.

À notre arrivée, dans une petite ville, il est midi on en profite pour manger un bout, nous rentrons dans un restaurant qui a l’air intéressant et là le silence tombe dans la salle et tout le monde nous regarde. C’est bien la première fois que l’on ressent autant qu’on est des voyageurs avec nos gros sacs et nos looks. Un peu comme dans les vieux films western ou l’inconnu rentre dans le saloon et tout le monde arrête ses activités et le dévisage dans un silence général. Pour nous ce fut une situation assez drôle mais je pense que maintenant encore ils doivent se demander qui nous sommes et qu’est-ce qu’on peut bien faire. Les discussions reprennent et nous y mangeront très bien et pour vraiment pas cher.

repas

Après nous iront à Yeongdeok. De là on continue le stop un vieux couple nous prend et essaye de nous faire comprendre de prendre un bus, ils s’arrêteront à une gare et on leur fait comprendre que nous faisons du stop et on reprend la route. Maintenant qu’ils ont réellement compris ce que nous voulions ils s’aperçoivent qu’ils ne peuvent pas nous amener. Qu’à cela ne tiennent ils s’arrêtent en plein croisement et essaye d’arrêter des voitures et ça marche !

Une voiture s’arrête à son bord un jeune coréen parlant anglais. Lui Il nous laissera sur la voie rapide avec toute les voitures qui arrivent à 100-110 km/h pas simple de faire du stop. Mais il nous aidera à arrêter une autre voiture. Cette fois-ci c’est une jeune femme. Qui parle très bien anglais, tout à fait normal elle a passé 6 mois en Australie et Nouvelle-Zélande. Elle nous proposera de nous laisser sur la route ou de la suivre sur des sites touristiques, car elle est en vacance dans le coin. On accepte de la suivre.

Rencontre

C’est comme ça que l’on se retrouvera à visiter des grottes naturelles d’Uljin où elle nous payera l’entrée. Tout le long nous discuterons un peu de notre raison de voyager, ainsi que des différences que nous avons notées par rapport aux Européens et Asiatiques. Et finalement elle nous ramène sur notre route et nous laisse. Puis juste après une voiture pour Uljin et Yeongdeok où nous passerons la nuit. Mine de rien nous avançons très bien nous avons déjà parcouru les ¾ de la côte Est.

Voici l’avant-dernier article sur la Corée, dans le prochain nous continuons notre route vers le Nord. À suivre…

A propos de l'auteur

Charlène
Auteur du site voyage à 2 et passionnée de lecture Charlène n'en est pas moins une voyageuse. Elle commença à voyager avec son grand frère dans des pays tel que le Venezuela, la Jordanie, l'Égypte et d'autres... Avant de donner le virus à son compagnon : Fabien. Maintenant, elle effectue un tour du monde avec celui-ci et profite du site pour partager ses conseils et astuces sur le voyage à 2. Suivez-moi sur mon profil Google+

LAISSER UN COMMENTAIRE

CommentLuv badge

Commentaires Facebook