Traversée des campagnes et montagnes du japon en stop : partie 6

2 Commentaires
 29 Juin 2013   PUBLIÉ PAR Charlène

Dans cet article nous racontons toute la traversée en campagne et montagnes du Japon pour retourner à Fukuoka. On parle aussi de nos diverses rencontres, notre petit retour à Iwakuni et l’arrivée à Fukuoka.

Route par le nord

Nous profiterons de cette petite ville pour faire un point sur notre voyage, il en sortira que nous voulons voir le monde et bien sûr pas uniquement le Japon. C’est donc décidé nous n’irons pas au nord mais nous traverserons le Japon jusqu’au Sud par les montagnes. Ces fameuses montagnes qui font rêver Fabien depuis si longtemps. Le premier jour on démarre donc à Tsuchiura, en chemin on nous prend et quand nous déposera à Tsukuba nous ferons la rencontre de notre prochain conducteurs, avec qui nous discuterons en anglais, et nous parlera un peu plus de la société japonaise. Il nous confessera qu’il aurait aimé être plus heureux dans sa vie, mais que la société japonaise est très contraignante, il faut toujours travailler plus, les congés se font rares, le statut social et monétaire est très important. Il tiendra à nous inviter manger des noodles dans un restaurant à shimotsuma. À ce jour cela reste nos nouilles les plus savoureuses.Délicieuses Noodles

Connaissant les gérants du restaurant il demandera s’ils ne peuvent pas nous amener à la prochaine ville, et une fois l’accord conclu il nous laissera aux soins du jeune cuisiner qui nous avancera un peu. Finalement de fil en aiguille nous passerons la nuit à Honjo après une petite centaine de kilomètres et 5 voitures.

Nous sommes coincés à Honjo à un carrefour et on tente tant bien que mal à arrêter les voitures, quand finalement on décide de marcher on aperçoit un jeune homme qui marchais dans notre direction et qui demande si c’est bien nous qui faisions du stop. Il accepte de nous amener à la prochaine ville Tomioka. Après nous avoir déposé à la gare, on continue, un villageois nous voyant faire du stop dans la ville nous indique la route plus fréquentée, où nous levons le pouce. Plusieurs fois des voitures s’arrêtent mais aucune n’est décidée et la destination Saku est bien trop loin pour eux.

Nous avons la surprise de voir une femme qui s’était arrêté quelques temps avant revenir et elle nous embarque. On parle bien sûr de notre voyage on montre la carte et toute étonné elle nous invite chez elle pour boire un café. En plus d’un café on a droit aux petits gâteaux, à un bol de banane coupé avec du fromage blanc et confiture. Elle nous offrira aussi un strap pour téléphone et deux broches en forme de geta. Elle ne peut pas nous amener à Saku mais elle veut bien nous avancer sur la route, elle nous laissera à un relais routier sous la pluie en pleine montagne. Autant dire qu’on se sent mal barré.

Et miraculeusement une voiture s’arrête, nous embarque et en discutant, l’homme trentenaire s’appelle Kenji, 3 minutes après s’être connu il nous invite chez lui. Il nous propose même de nous laisser à un konbini le lendemain matin en direction de Saku. Arrivé chez lui on pose nos sacs, il nous présente à sa femme et on s’aperçoit, en riant, qu’en fait on ne connait pas nos noms. Nao, sa femme, lui dira en rigolant, toi tu invites des gens sans même savoir leur noms et on repart de suite au sento, se laver. Rappelons qu’on Japon beaucoup de maison son trop petite pour accueillir une salle de bain. Le décor est magnifique, le sento possède des rotenburo (bains extérieurs) qui donnent sur la montagne, et la pluie est d’autant plus appréciable et fraîche car on bout dans le bain. Fabien aura fait la connaissance d’un voisin de Kenji, Taichi, un bon vivant ! Après nous rejoignons une fois de plus la demeure de Kenji et le voisin sera parmi nous.

On passera une soirée mémorable, où Fabien teste la résistance (très mince) des japonais à l’alcool, à coup de bière et de saké. Taichi le voisin est un bout en train, qui aime se faire servir à tout bout de champ sa bière par Charlène. Le repas est varié et immense, on aura droit à des sushis et on se régale. En milieu de repas Nao revient après avoir été cherché son fils, et nous rencontrons Ayumu, jeune garçon timide avec qui on essaye de parler anglais pour l’exercice. On apprend aussi ce soir-là qu’il ne faut pas se passer de la nourriture de baguette à baguette car à une certaine époque où les gens étaient malades la maladie se répandait vite, mais incompréhensiblement on peut toucher la nourriture avec les mains. Après ce repas on ira dormir dans un futon, le premier depuis très longtemps. Réveil tôt à 5h30, Kenji comme promis nous amène au konbini et nous dis au revoir.

Repas chez Kenji

Puis consécutivement une voiture nous amène à Chino, une autre à Ina, une autre à Komagane, puis Iida, ici en faisant du stop une jeune femme vient nous voir et nous propose de nous amener à Nakatsugawa, mais elle attend son amie. Donc on discute et une fois son amie là on prend la route, finalement elles nous amèneront à Mizunami à 30 min d’autoroute plus loin. On y passera la nuit.

Le lendemain on tente le stop en plein zone commerciale, et on lève le pouce 10 min que deux voitures s’arrête en même temps, on part avec la première. Le jeune homme est enthousiaste de notre voyage tellement qu’il insiste pour nous faire un cadeau, il nous conduit à une grande zone commerciale connu dans le coin, où un paquet d’enseignes y sont. Il souhaite nous offrir quelque chose d’utile et opte pour des t-shirts. On va dans une enseigne de camping et on choisit chacun à son tour un t-shirt, gris pour fabien, rouge pour charlène. On le remercie chaleureusement et nous dépose à Tajimi, dans une autre zone commerciale. Là aussi record de pouce levé on attend 5 min et une femme vient nous voir nous demande d’attendre, elle va changer de voiture en prendre une plus grande, qui ferait ça en France ?

Une fois de retour le couple trentenaire nous amène à Ogaki soit 2 villes plus loin que prévu, sur le parking d’un konbini, ils demanderont à un autre couple si ils ne peuvent pas nous prendre pour nous avancer vers Tsuruga. Le couple accepte, non sans avoir réveillé le mari qui se reposait. On est un peu gêné mais on ne peut pas refuser surtout qu’ils ont accepté. D’Ogaki il était prévu qu’on aille à Maibara ou Nagahama, mais finalement le généreux couple nous mène carrément à Tsuruga, 30min plus loin. Pour ceux qui ont de la mémoire nous avons déjà passé une nuit ici quelques jours après le festival à Takayama, vous pouvez trouver l’article ici. On retrouve nos repères dans la ville, et on y passe la nuit.

Une journée de plus pour le stop, on trouve une première voiture pour Obama, puis une autre pour Maizuru. Là un gentil couple retraité nous embarque, après quelques kilomètres, le couple nous invite à dormir chez eux, et s’excuse car il faut faire demi-tour à Maizuru. On se retrouve dans une vieille maison japonaise très grande. Hisako (la femme) et Hideako (le mari) nous invite à dormir à l’étage et à se reposer. On prend une douche, puis nous passons à table. Une fois encore le repas est gargantuesque, Fabien à droit de la bière puis du vin rouge espagnol (!). La soirée se déroule bien, Hideako dérouille son anglais au fur et à mesure, mais la conversation passe surtout par les gestes et le japonais. Hideako propose que le lendemain ils nous amènent à Toyooka. Après le repas un repos bien mérité.
Maison d'Hisako et Hideako

Hisako et Hideako

Maison de montagnesMaison

Le lendemain un immense petit déjeuner nous attend, nous aurons nos premiers poissons petit déjeuner. Le repas est bien sûr salé et les japonais mangent très souvent du poisson en premier repas de la journée. Surprise sur le trajet le couple nous dépose à Tottori, soit 75 km de plus, ce qui fait 3h de trajet avec eux. À Tottori on ira visiter les célèbres dunes de sable artificielle. Les japonais ont poussé le vice pour l’attraction artificiel de faire venir des chameaux !? Au japon si vous déboursez 1000 yen vous pouvez faire un tour de chameau dans des grandes dunes de sable, assez incroyable.

Dune de sable à TottoriDes chameaux au Japon

On dit au revoir à notre couple retraité qu’on remercie chaleureusement, Hisako nous offrira même des onigiris, ce sont des boulettes de ris, confectionné par ses soins, quelques bananes et des restes de la veille.

De fil en aiguille (ou plutôt de voitures en voitures) deux jeunes femmes nous mettent devant un choix, puisqu’après plusieurs voitures on est arrivé à Yonago, l’une d’elle nous propose de nous mener à un collègue de travail qui habite Matsue et après son travail nous y amènera, soit de rester à Yonago et tenter le pouce. On choisit la première option. On rencontre son collègue et on attend 18h la sortie du travail. En chemin on discute et une fois chez lui, il nous demande d’attendre et va discuter avec sa femme. Nous la rencontrons et elle nous propose de dormir en bas de chez eux dans leurs magasins de cosmétiques. On accepte avec joie. Leur fils de 8 ans, très enthousiaste, voudra jouer avec nous, quelques temps plus tard les parents redescendent en riant car nous n’avions pas fait les présentations. Assez incroyable de dormir chez des gens alors qu’on n’a même pas donné nos noms. Donc nous dormons chez les Takahashi, avec Mitsuru le père, Tomoko la mère et Akito le fils.

Après un repas avec la famille et une douche nous irons dormir en bas dans le magasin. Le lendemain nous ferons une photo avant que le fils et le père parte de la maison. Nous nous prendrons le petit déjeuner avec Tomoko et nous discuterons. Elle nous expliquera qu’il est inconcevable pour des japonais de ne pas planifier, de ne pas programmer leurs vies à l’avance, elle a paru moitié étonné moitié perplexe qu’on ne sache pas un an après notre retour en France ce que nous ferions. Elle nous offrira un lot de soupe, un cake, quelques bonbons et des fruits séchés.

Une fois de plus on est sur la route, on démarre à Matsue, puis les villes s’enchaînent : Izumo, Oda, Gotsu, Kannagari, Akiota, un camion pour changer nous amène à Chiyoda. Nous traversons des coins totalement inhabités, uniquement de la forêt et des montagnes, ça change de Tokyo.
Montagne au JaponDe la montagne au Japon
Et finalement une employé de bureau nous propose d’attendre la fin de son boulot pour nous amener à Hiroshima, bien sûr nous acceptons. Une fois arrivé il est assez tard, nous chercherons un coin où dormir.

Le lendemain nous allons au Genbaku dôme, voir de plus près ce bâtiment historique, seul vestige de la bombe atomique lancé sur Hiroshima le 6 Août 1945. Dans le parc et un peu partout autour on peut apercevoir des centaines de guirlande d’origami en forme de grues.
Genbaku dome à HisroshimaGuirlande de gruesGrues d'Hiroshima

Le jour même on repart sur la route pour Iwakuni et faire un coucou à tous ceux que nous avions rencontré il y a deux mois autour d’un barbecue. Là nous avons notre stop le plus rapide depuis le début du trajet, on n’a pas le temps de s’installer pour lever le pouce qu’une voiture s’arrête et nous demande où on va. En 1 heure nous voilà à Iwakuni. Le soir, le gérant du bar qui officiait le barbecue la dernière fois, nous invite à manger gratuitement chez lui, on rencontrera Risa venu manger, malheureusement nous ne pourrons voir Takashi qui n’était pas disponible ainsi que Daigo. On discute de notre tournée au Japon, on mange, on prend des photos et nous leur dirons au revoir.
Iwakuni deuxième session
Le lendemain on entame la dernière étape pour arriver à Fukuoka. On mettra deux jours pour y arriver car cette fois-ci on suivra la côte et la circulation y est un peu plus difficile.

Pour résumer le trajet Tsuchiura – Fukuoka on peut dire que les japonais sont généreux une fois encore. Nous n’avons pas décrit voiture par voiture, mais il arrivait très souvent que les conducteurs en nous déposant nous offraient un petit quelque chose à manger ou boire. Une fois une brochette de saucisses, une autre deux jus de fruit, une autre fois un paquet de gâteau…

Après ce long trajet nous sommes de retour à Fukuoka, nous avons retrouvé notre wifi, on en profite pour planifier, écrire, contacter nos proches et on prépare la suite : la Corée du Sud. On va essayer d’apprendre un peu de vocabulaire, enfin en tout cas plus que la dernière fois au moins.

A propos de l'auteur

Charlène
Auteur du site voyage à 2 et passionnée de lecture Charlène n'en est pas moins une voyageuse. Elle commença à voyager avec son grand frère dans des pays tel que le Venezuela, la Jordanie, l'Égypte et d'autres... Avant de donner le virus à son compagnon : Fabien. Maintenant, elle effectue un tour du monde avec celui-ci et profite du site pour partager ses conseils et astuces sur le voyage à 2. Suivez-moi sur mon profil Google+

LAISSER UN COMMENTAIRE

CommentLuv badge

Commentaires Facebook

2 Commentaires

joel jurado
6 septembre 2013 à 23 h 28 min


Bravo pour votre blog super intéressant, je m’apprête à partir aussi pour le Japon et y faire une grande partie en autostop et dormir en tente, pourriez vous me dire quel est votre équipement électronique, je compte m’acheter un netbook pour mettre mes photos et me connecter aux bornes internet (pour me servir de gps,surfooching ect..) vous auriez un conseil? sachant que c’est fragile. Encore merci pour votre blog qui montre que les Japonais sont très accueillants.

    Fabien
    8 septembre 2013 à 13 h 25 min


    Merci bien ça nous fait toujours plaisir ces compliments :). Notre ordinateur est un EEE Pc 1015PN d’Asus, il est très bien pour rédiger nos articles, naviguer sur le net et stocker nos photos (disque dur de 300Go). Par contre il ne faut espérer pouvoir faire de la retouche photo ou du vidéo montage. Pour le transporter, au début on avait un petit étuis d’iPad (ce lui là même) mais je l’ai perdu à Toyama. Le PC s’est assez vite rayé, à Akihabara on est allé au Yodobashi est on pris un coque solide mais légère (que voici). Le PC a toujours été dans le sac que je porte devant moi ce qui me permet de toujours garder un œil dessus et d’être plus soigneux avec. Voilà les petits détails pour notre PC 🙂

    Oui les Japonais sont très accueillants nous avons passé 3 mois vraiment inoubliables dans ce pays !

    Si tu as d’autres questions n’hésite pas on sera ravi de te répondre.

    Tu pars quand pour ce pays ? Tu as prévu les grandes lignes de ton trajet ?

    A+