La traversée de la Corée du Sud en auto-stop

5 Commentaires
 27 Mar 2013   PUBLIÉ PAR Charlène

Après la Chine nous racontons dans cet article notre périple en Corée du Sud, que nous avons traversée en auto-stop.

Ferry : Chine – Corée du Sud

Nous sommes le 47ème jour du voyage, le Jeudi 21 Mars 2013. À 15h on embarque sur le ferry destination d’Incheon en Corée du Sud. Les chinois, toujours très respectueux des touristes nous feront passer devant tout le monde pour ne pas faire la queue. Nous avons eu une chambre dortoir dans le ferry à 8 places. Il existe des dortoirs certainement moins chers et plus spacieux à 20 chambres, mais c’était complet. Nous avons navigué toute la nuit, le trajet s’est bien déroulé, rien de particulier à dire, à part un départ 6h30 plus tard que l’embarquement.

Le lendemain nous débarquerons à 10h et nous voilà sur le sol Coréen. Nous poursuivons notre chemin pour arriver à l’immigration. Tout se serait bien déroulé sans problème si on n’avait pas oublié de mettre une adresse d’hôtel dans la carte d’immigration. La femme au guichet restera buté par ce problème, jusqu’à ce qu’il ne reste que nous et que son voisin ne décides de nous faire passer sans souci. À l’immigration il nous faudra laisser nos empreintes digitales, ainsi qu’une photo prise sur le moment.

Puis nous voilà libre pour trois mois (si l’on souhaite) sur le sol Coréen. Nous nous baladerons dans les rues du port pour regarder les nombreux camions de pêcheur amener les poissons frais sortant du bateau.

Poisson du fish marketOn trouvera sur notre chemin aussi, le marché aux poissons. Lieux à voir absolument, pleins d’étalages, animés. On en prend plein la vue. Bien sûr nous rencontrons des poissons exotiques, une variété de crabes royaux, concombre de mer… On en profitera de l’heure de décalage horaire de +1 heure pour manger là-bas.

Etals aux poissonsFish market

Marché aux poissons en Corée du SudNotre premier restaurant et très typique pour la Corée. Tout d’abord nous devons quitter nos chaussures à l’entrée. Il n’y a pas de chaises et nous nous asseyons par terre. Le sol est surélevé et est chauffé. On fera comprendre avec des gestes que nous voulons manger, la cuisinière nous sortira un charabia coréen que nous ne comprenons pas, bien sûr, et  vu qu’il n’y a pas de carte nous dirons « oui, oui » sans savoir ce qui nous attend. La Corée est le rêve pour tout voyageur qui aime bien manger, bon et pas cher. Pour 10 000 Won (7€) à deux nous mangerons plus que bien. (Voir photo ci-dessous)

Charlène dans un restaurant coréenRepas coréen

Séoul

Après ce repas gargantuesque, nous partons pour Séoul. Incheon et Seoul sont deux villes très étendues, tellement qu’elle ne forme qu’une seule grosse ville. Il est très difficile de faire du stop en pleine ville, nous décidons alors de marcher une bonne heure puis de prendre le métro qui nous mènera au centre de Séoul. Nous ne connaissons personne dans la capitale Coréenne et il fait guère plus chaud qu’en Chine, nous faisons donc le tour de quelques GuestHouse pour voir un peu les prix pratiqués ici, direction un hôtel Youth. Malheureusement il sera complet et de toute façon totalement hors de prix pour nous (50€ la nuit). Conseil : si vous allez à Séoul il est préférable de réserver 24h ou 48h à l’avance. Deuxième essai plus tard, l’hôtel est encore complet, nous profiterons du wifi de l’hôtel pour trouver une auberge plus dans nos moyens et libre pour la soirée. Après avoir trouvé la petite perle, nous nous y rendons pour trouver l’auberge Kimchi Hongdae. Très sympathique nous y rencontrerons Hoel, un français en vacances en Corée qui travaille comme professeur de français et d’anglais à Bangkok.

Après une petite grasse matinée, nous quittons l’auberge et passerons la journée à marcher à travers Séoul. Pour ceux nul en géographie il est utile de préciser que la Corée n’est pas un pays plat. Méfiez-vous, en vous baladant vous passerez la journée à grimper et descendre des collines. Les rues n’en sont pas moins agréables, cela donne lieu à d’étonnantes manières d’aménager les terrains. Nous choisissons de quitter les grands axes de la ville pour parcourir un peu les quartiers retirés. !là nous avons pu rencontrer quelques Coréens qui nous ont parfaitement démontré leur gentillesse et leur envie d’aider, on nous a gentiment offert 2 bouteilles d’eau et une jeune fille n’a pas hésité à redescendre toute une colline avec nous pour nous indiquer notre chemin.

Aujourd’hui plus personne ne présente Psy et son Gangnam Style et encore moins dans son pays d’origine, on le sent bien présent dans leur culture. Beaucoup de publicité avec le chanteur apparaisse un peu partout vantant les mérites d’à peu près tout et n’importe quoi.

Vers 17h nous entamons après quelques kilomètres de marche la longue ascension à la tour de Séoul. 1,6 km de marches vous attendent, autant dire qu’avec nos sacs la montée est rude. On n’en est que plus fière d’en avoir atteint le sommet, alors qu’un téléphérique vous y monte en 5 minutes. La tour étant payante, nous resterons qu’à son pied. Mais cela n’empêche pas d’avoir un super panorama. En bas de la tour, on trouve aussi comme sur le pont des Arts à Paris, des montagnes de cadenas (et autres objets en tout genre) attachés par les amoureux.

Vue des hauteursTour à Séoul

Cadenas à SeoulAprès ce petit effort, on redescend pour passer une nuit de détente au jjimjilbang. Absolument incontournable pour un coréen, très répandu dans la culture du pays, c’est un complexe proposant divers salles chauffées à des températures différentes, allant de 70C° à 6C°. Aux différents étages sont proposés diverses soins payants, tel que l’acupuncture, massages, manucures… Ouvert 24h/24 il n’est pas rare que des étudiants ou des familles y passent la nuit, mais beaucoup plus de monde le week-end. Le rez-de-chaussée comprend les salles, avec une salle commune avec deux télés. Une piscine extérieure, sauna et hammam. À savoir pour les couples certaines pièces sont séparées pour les différents sexes. Tout d’abord en entrant vous déposer vos chaussures (comme partout en Corée), on vous remet un bracelet et une clef, hommes et femmes vont dans les vestiaires séparés. En Corée le rapport de la nudité n’est pas le même qu’en France, une fois les portes de l’ascenseur franchit pour les vestiaires, il n’est pas rare de voir tout le monde se balader sans vêtement, que ce soit pour se sécher les cheveux, mettre de la crème, se raser, ou aller tout simplement au bain. À l’accueil on nous aura remis des vêtements que l’on loue 1000 Won, que l’on porte dans toutes les parties communes. Après c’est à vous de choisir ce que vous allez faire : transpirer dans les salles, jouer dans les salles d’arcades, se coucher sur le sol ou regarder la télé… Pour dormir, soit vous avez de la chance et vous avez de la place dans les salles unisexes pour le repos, soit vous prenez votre petit coussin et aller vous installer où vous pouvez.

Jimjilbang

Salle d'arcade Jimjilbang

Piscine extérieur

Salle froide jimjilbang

Cyber dans un jimjilbangTraversée du pays

Après cette nuit de détente nous quittons Séoul en prenant le métro qui rejoint la voie express. Là nous rejoindrions une petite station essence et on commencera  à demander aux gens de nous amener direction Busan. Après 4 essais une voiture familiale nous prend pour nous amener à Suwon. Il n’y a que la fille aînée qui parle quelques mots d’anglais, de quoi se faire comprendre. Elle nous donnera un sachet de gâteaux. Et après 15 à 20 min nous avons atteint la destination. On dira au revoir à la petite famille.

Ils nous ont déposés à une aire de service, où encore une fois beaucoup de voitures y sont garées. On démarche et 10 min plus tard un routier nous prend. Les Coréens sont très gentils, sourient et cherchent à nous aider, on ne peut que les aimer.

La Corée est très moderne, nous avions remarqué ceci à Séoul, tout le monde de l’étudiant au petit pépé possède un smartphone ou même deux. Aux arrêts de métro au niveau des universités il est impressionnant de voir tous les jeunes sur leurs smartphones le regard baissé et jouer, pianoter, surfer.

Le chauffeur de camion nous amènera à Cheonam aux abords de la ville. Nous marcherons pendant un moment pour rejoindre le péage d’autoroute jusqu’à ce qu’affamé on trouve un supermarché et avec le wifi nous en profiterons pour regarder l’itinéraire et constater que nous sommes dans la mauvaise direction. Une fois le demi-tour effectué juste avant l’entrée de l’autoroute nous nous installerons devant une station essence et ferons du stop pendant 2h. Manque de chance pour nous, des voitures se sont arrêtées mais elles allaient toutes à Séoul. Puis finalement une voiture s’arrête et nous amèneras à Gyeongju, une ville de l’autre côté du pays un peu plus au Nord de Busan. Pour prouver encore une fois la gentillesse des Coréens, il s’arrêtera à une aire d’autoroute pour certainement aller aux toilettes et reviendra avec un sachet de gâteaux et un gobelet de sachet. Charlène a voulu lui parler de l’air dehors s’est refroidi « it’s cold » il comprend totalement autre chose. Sans nous laisser le temps de dire ouf, il tend le gobelet à Fabien et retourne en courant dans le supermarché et reviens avec un café chaud. En fait il nous avait acheté un café froid et croyant qu’on lui disait qu’on avait froid, il était retourné acheter une boisson chaude. Totalement extraordinaire, tellement de prévenance qu’on en est gêné. Il nous demandera plusieurs fois si on veut s’arrêter si tout se passe bien pendant le trajet. Chose assez extraordinaire pour nous français et le comportement des coréens sur la route. Notre conducteur s’est trompé d’embranchement sur l’autoroute et bien pour lui pas de problème, warning et marche arrière sur 200m sur la bande d’arrêt d’urgence le tout de nuit. Et ça n’a pas vraiment dérangé les voitures qui nous ont doublées, elles ralentissaient et passaient comme si rien n’était. Finalement il nous déposera à l’aire d’autobus de Gyeongju, nous donnera sa carte avec adresse email et son numéro de téléphone et qu’on le contacte si il y avait le moindre problème.

On passera la nuit dans un hôtel totalement par hasard, la rue adjacente à l’arrêt de bus est incroyablement remplie d’hôtel. Étant curieux et voulant savoir combien coûte les chambres nous rentrerons dans un hôtel pour demander le prix. Étant trop cher nous commençons à partir, affolé l’homme nous proposera un prix plus abordable à condition que nous payons en cash.

Gyeongju en Corée du SudAprès une nuit de repos, on marche en direction de l’autoroute encore une fois. Puis un choix s’offre à nous, soit on prend direction l’autoroute, soit on fait du stop sur la nationale. 20 minutes plus tard une voiture s’arrête sur la nationale et nous embarque. Un quarantenaire ne parlant que quelques mots anglais nous prendra direction d’Ulsan. Autre fait incroyable, ne pouvant pas nous amener à Busan, il essaiera d’arrêter en chemin toutes les voitures ayant une plaque d’immatriculation de la région de Busan. En conduisant il se mettra au niveau des voitures baissera la vitre et demandera si on peut nous prendre. Après avoir nous déposés sans avoir trouvé de voiture, il essaiera de klaxonner une dernière fois une voiture qui ne s’arrêtera pas.

Étant aux abords de la ville nous marcherons un long moment avant de trouver un endroit où faire du stop une nouvelle fois. Après avoir découvert un lieu convenable, il nous aura fallu attendre 25 minutes pour voir arriver une voiture. Un couple qui nous amènerons directement à Busan au port international. Sur le trajet, le couple aura appelé le port pour se renseigner sur les horaires du bateau ainsi que le prix. Et encore une fois on nous offre deux gâteaux. Incroyables Coréens ! Après un dernier au revoir on nous dépose au port. Nous prendrons les billets pour le Japon et nous embarquerons à 19h vers le Pays du Soleil Levant.

Conclusion : le stop en Corée du Sud est possible, agréable. Les Coréens sont extraordinaires. On n’y mange pas cher. On peut manger pour deux un plateau à 3€. Autre fait à préciser le pays est, il faut le signaler, ridiculement petit. En 12h de stop nous aurons traversé le pays en diagonale, marché longtemps pour trouver les meilleurs spots de stop et mangé. Bien sûr on a traversé le pays, mais on n’a pas tout fait, notamment le temple le plus célèbre de la Corée à Gyeongju. Donc nous y retournerons, c’est sûr. Mais en attendant nous voilà au Japon avec ses merveilleux cerisiers en fleurs qu’on attendait avec impatience.

Prochain sujet, évidemment le Japon.

Photos de la Corée du Sud

Mots clés utilisés pour trouver cet article

  • le monde en stop coreenne

A propos de l'auteur

Charlène
Auteur du site voyage à 2 et passionnée de lecture Charlène n'en est pas moins une voyageuse. Elle commença à voyager avec son grand frère dans des pays tel que le Venezuela, la Jordanie, l'Égypte et d'autres... Avant de donner le virus à son compagnon : Fabien. Maintenant, elle effectue un tour du monde avec celui-ci et profite du site pour partager ses conseils et astuces sur le voyage à 2. Suivez-moi sur mon profil Google+

LAISSER UN COMMENTAIRE

CommentLuv badge

Commentaires Facebook

5 Commentaires

Anais
27 mars 2013 à 9 h 05 min


Coucou les loulous, dis donc ils sont vraiment gentil et adorable ces coréens!!!
Contente que tu ais pu arriver a temps au Japon pour voir ces fameux cerisiers en fleurs!
Gros bisous a vous

POURTIER PHILIPPE
27 mars 2013 à 15 h 04 min


QUE LE SEJOUR AU JAPON SOIT AUSSI AGREABLE QUE LE VOYAGE EN COREE; J AI POSTE SUR FACEBOOK; A PLUS.

Cathy
28 mars 2013 à 20 h 46 min


Coucou,

Les voilà enfin ses fameux cerisiers en fleurs!!! très belle vos photos.
Le sac super U a été mis au rébus ?
Les repas à base de poissons sont un régal mon fils!!! Charlène par contre tu dois te régaler.
Être au berceau du jeux vidéo , le rêve deviens réalité !! quel bonheur.
éclatez vous!!!

gros bisous
Maman

    Fabien
    1 avril 2013 à 12 h 49 min


    C’est effectivement très joli, sommes chanceux de pouvoir voir ça. Le sac nous a servi pour stocker de la nourriture pour le train en Russie, maintenant on achète au jour le jour, donc on a jamais besoin de sac. Pour ce qui est des poissons, c’est totalement, nous sommes le plus souvent proche de la mer, tout est très frais et le plus souvent cru, ça a un autre gout que le colin ou la truite. Je ne me lasse pas des suchis et makis !

    On s’éclate c’est certain !

kodamian
27 mars 2014 à 20 h 50 min


merci pour l’article. c’est vraiment un élément à connaître avant de partir en corée.
j’y vais le mois prochain et grâce à vous, je saurai que le stop, au cas où , est une option à ne pas négliger. Tiens, je prendrai soin de prendre un feutre et une petite pancarte pliable pour pouvoir écrire les noms en coréen des endroits où je veux me rendre. Bon voyage en tout cas .
et comme on dit en corée : anion ikésséo ( au revoir ).